Sélectionnez la page

Le Médoc

Le Médoc

 

Climat et terroirs

Traversé par le 45e parallèle, situé entre l’Océan Atlantique  et l’estuaire de la Gironde, le Médoc bénéficie d’un climat tempéré favorable à la vigne. Ces deux masses d’eau jouent un rôle considérable dans la régulation thermique dont bénéficie la presqu’île médocaine.

Géologiquement, le Médoc est un pays sédimentaire, composé  de graves pyrénéennes et garonnaises. On y trouve également des sols calcaires et argilo-calcaires.

Des petites vallées, appelées croupes, couvertes de graves, favorisent un drainage naturel des terrains. L’eau, ainsi écoulée, nourrit les vignes sans excès.

Historique

 Le Médoc, pays du milieu des eaux, fut longtemps une terre plutôt sauvage recouverte en grande partie de forêts et de prairies marécageuses.

C’est au début du Moyen Âge que les moines et les grands seigneurs commencent à planter de la vigne. On trouve ainsi quelques petits vignobles autour des prieurés de Macau, Cantenac, Vertheuil, et des seigneuries de Castelnau, Lesparre, Latour et Blanquefort.

A partir du XIIème siècle, la culture de la vigne se densifie : le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri Plantagenêt, futur roi d’Angleterre, favorise l’exportation des vins nommés “ Clarets ” par les anglais.

Au terme de la Guerre de 100 ans, les parlementaires bordelais, issus de la Bourgeoisie, rachètent les terres et les vignobles des seigneurs, et profitent de leur privilèges fiscaux de prohibition et de transport pour vendre leurs vins en premier. Les croupes de graves qui émergent des terres marécageuses asséchées par les ingénieurs hollandais, permettent à ces notables d’étendre leurs domaines. C’est l’ère de la noblesse de robe bordelaise.

Le développement viticole se poursuivit tout au long du XVIIème et XVIIIème siècle : alignement des vignes et labour à l’attelage, choix des cépages et connaissance des terroirs. Dans le même temps, les techniques de vinification s’améliorent et se généralisent : l’ouillage*, le soutirage* et le méchage* ou l’allumette hollandaise permettent de mieux conserver les vins.

On fait également une distinction entre premiers et seconds vins et les méthodes de vieillissement se répandent dans les chais. Les excellents New French Clarets deviennent des grands crus dans le langage courant et l’on commence à parler de château et de hiérarchie des communes viticoles. Malgré la Révolution et les guerres de l’Empire, le prestige des grands vins de Bordeaux ne cesse de croître, pour aboutir au célèbre classement des crus du Médoc en 1855.

Après cette grande période, le vignoble est gravement affecté par le phylloxéra , les guerres mondiales et les crises économiques. Mais de 1960 jusqu’aux années 2000, le vignoble médocain connaît un nouvel âge d’or.

Situation géographique

Occupant un grand tiers nord-ouest du département de la Gironde, le Médoc est une véritable presqu’île, délimitée à l’ouest par l’Océan Atlantique (88km de côte) et par l’estuaire de la Gironde à l’est.

Sa limite nord est naturellement délimitée par l’embouche de la Gironde qui se jette dans l’Océan Atlantique entre le Verdon situé en Gironde et Royan situé en Charente maritime. Sa limite sud est plus floue : on considère qu’elle s’étend de la périphérie nord de Bordeaux (Blanquefort, Bruges) à Arès. Elle est traversée par le 45ème parallèle. (carte du Médoc)

Le médoc viticole, quant à lui, s’étend, du nord au sud, sur plus de 80 km de long et 10 km de large, en bordure de la Gironde.

On y compte 8 appellations. Le Médoc et le Haut-Médoc sont des appellations dites régionales. Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Listrac, Moulis et Margaux sont des appellations communales. Chaque appellation donne des vins différents de ceux produits par les autres :

Les Médoc relèvent d’un subtil mélange de rondeur et de distinction.

Les Haut-Médoc sont harmonieux, équilibrés et généreux.

Les Listrac sont charpentés, structurés, mais pleins de fraîcheur.

Les Moulis sont puissants, élégants et généreux.

Les Margaux ont un charme délicat. Ils sont veloutés, pleins de finesse et de douceur.

Les Saint-Estèphe sont puissants, ronds, fruités et fins.

Les Saint-Julien sont particulièrement raffinés, suaves et très aromatiques.

Les Pauillac sont corsés, complexes, harmonieux et distingués.

L’autre Médoc regroupe, pour sa part, la forêt des Landes (Pinède), boisée de pins maritimes et le littoral maritime où s’étendent près de 80km de plages, constituant une grande partie de la Côte d’Argent.

A propos de l’auteur

Panier

Nos offres

Archives

Inscrivez-vous

Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'information pour recevoir nos offres et promotions

Vous vous êtes inscrit avec succès, vous allez recevoir un email de confirmation.