Une jachère pour lutter contre le court-noué

 

 

Les vignerons Associés de Moulis, Listrac et Cussac-Fort-Médoc font un pas de plus dans leur engagement environnemental. Adrien Ostins, le chef de culture de la SCEA Les Barres, la société d’exploitation des vignes pour les Vignerons Associés, vient d’enherber une parcelle de vignes en jachère depuis 3 ans.

Avoine, Luzerne, Vesce velue, Sainfoin et Lotier devraient permettre d’éradiquer le court-noué sur cette parcelle et la plantation de jeunes pieds de vigne dès l’année prochaine.

 

Le court-noué : de quoi parle-t’on ?

Le court-noué est une maladie virale qui affecte la longévité de la vigne, le potentiel de production et la qualité des raisins. Le virus du court-noué est propagé par les nématodes (vers ronds).

Ils vivent dans le sol, parfois jusqu’à près de 2 mètres de profondeur, se nourrissent en piquant les racines de la vigne, et leur transmettent ainsi le virus, lorsqu’ils en sont infectés.

L’arrachage de la vigne est alors inévitable. Cependant, cela ne suffit pas à éradiquer les nématodes. En effet, ces derniers peuvent survivre encore 4 à 5 années en se nourrissant des morceaux de racines de vignes non extirpés à l’arrachage.

Comment résoudre le problème du court-noué ?

Il n’y a pas de méthode de lutte contre le court-noué. Il faut impérativement agir en préventif et planter dans des sols sans nématodes contaminés.

Le recours à des jachères de plantes spécifiques, comme celles qu’Adrien vient de planter, constitue une étape importante dans la gestion de cette maladie. Mais elle n’est vraiment efficace, dans le cas d’une parcelle de vignes contaminées, qu’avec une dévitalisation des racines, un arrachage total de la parcelle de vignes et un long repos du sol.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous gratuitement à la lettre d'information pour recevoir nos offres et promotions

Vous vous êtes inscrit avec succès, vous allez recevoir un email de confirmation.

0
Votre panier